Ce qu’il faut savoir sur cette méthode

Un peu de théorie

Commençons par l’origine de cette méthode : en février 2001, aux États-Unis, dix-sept spécialistes du développement logiciel se sont réunis pour débattre du thème unificateur de leurs méthodes respectives, jusqu’alors appelées sans consensus méthodes lights.

Le Manifeste pour le développement agile de logiciels est un texte rédigé par ces experts du développement d’applications informatiques sous la forme de plusieurs méthodes dites agiles. Ces experts estimaient que le traditionnel cycle de développement en cascade ne correspondait plus aux contraintes et aux exigences des organisations en évolution rapide.

Les plus connus d’entre eux étaient Ward Cunningham l’inventeur du Wiki via WikiWikiWeb, Kent Beck, père de l’extreme programming et cofondateur de JUnit, Ken Schwaber et Jeff Sutherland, fondateurs de Scrum, Jim Highsmith, prônant l’ASD, Alistair Cockburn pour la méthode Crystal clear, Martin Fowler, et Dave Thomas ainsi qu’Arie van Bennekum pour DSDM (Dynamic System Development Method) la version anglaise du RAD (développement rapide d’applications), Robert Cecil Martin pour Clean Architecture.(source wikipedia)

Voici la liste des 12 principes

  1. Ecouter et satisfaire le client
  2. S’adapter aux évolutions
  3. Montrer des résultats rapidement et de régulièrement
  4. Constituer des équipes autonomes en terme de compétences et de management
  5. Il faut y croire (y compris le management)
  6. Privilégier (si c’est possible) la communication directe en face to face
  7. Mesurer l’avancement des travaux délivrés
  8. Structurer l’équipe pour lui permettre de maintenir le rythme dans le temps
  9. Garantir l’excellence technique
  10. Aller à la simplicité, privilégier la réutilisation et éviter les redondances
  11. Les meilleures solutions sont issues du travail de l’équipe qui s’est auto-organisée
  12. L’équipe revoit régulièrement son organisation et son mode de fonctionnement

Ce que j’en ai retenu personnellement

Si vous devez répondre à un besoin non clairement défini, la méthode agile vous aidera sans aucun doute.

De par son origine ( nos 17 experts) la méthode agile a été imaginée pour accompagner l’innovation logicielle comme l'intégration continue par exemple. En adoptant les nouvelles technologies de développement du techops, il faut aussi repenser et transformer l’organisation et la manière de gérer les projets.

Car Etre agile c’est d’abord savoir s’adapter et s’appuyer sur les compétences de ses équipes et surtout veiller à avoir les bonnes compétences.

Point primordial : montrer très rapidement ce que vous avez développé pour corriger et éviter le fameux effet tunnel du cycle en V traditionnel. Pour soutenir cette démarche , la communication en mode projet et les interactions étroites avec les utilisateurs finaux sont essentielles.

Il est conseiller de travailler en mode modulaire , de privilégier les réutilisations en crééant des catalogues des services. Vous aurez moins de redondances et la maintenance en sera allégée et moins coûteuse.

Quid du coût et de la vélocité de l’équipe

Cette méthode sera un peu moins coûteuse car vous n’aurez pas à refaire ou à corriger pour mieux correspondre aux besoins de votre client Il a lui même construit le produit avec vous au fil de l’eau mais il y a naturellement du rework dans chaque sprint.

Pour la vélocité, vous montrez plus rapidement un développement . Cependant Il faudra définir avec votre client ce qui correspondra à la version minimale de développement apportant de la valeur ( le fameux MVP, Minimum Valuable Product et donc livrable en production.

Lors de la suite de ces articles je vous propose de découvrir dans le détail la méthodologie, les avantages et inconvénients, à qui elle s’addresse le mieux etc….